La moquette synthétique

Les fibres synthétiques n’existent pas à l’état naturel. Elles sont fabriquées à partir de la synthèse de macromolécules issues du pétrole et de la houille.

Pour reconnaître une moquette synthétique, on observera ses aspects de brillance à la lumière ou encore les phénomènes d’électricité statique qui sont fréquemment induits si la fibre perd son traitement antistatique.

Les fabricants de fibres synthétiques essaient d’égaler la résistance naturelle de la laine à la salissure en mettant en œuvre des procédés modifiant la surface de ses fibres. Les plus connus sont les traitements Scotchgard de 3M et Teflon de Dupont de Nemours.

Néanmoins, ces procédés antisalissure s’usent sous l’action abrasive des pas et du nettoyage et ont donc une durée de vie limitée.

Le choix d’une moquette synthétique par rapport à une moquette de laine réside uniquement dans la possibilité d’une économie de prix.

En effet, les synthétiques offrent le grand avantage d’être moins chers.

L’offre de moquette synthétique s’adapte à tous les types de budget, du plus restreint (moquette événementielle) au plus développé (moquette grand passage pour lieux publics).

Parmi les différentes fibres synthétiques on distinguera principalement le polyamide et le polypropylène. Plus cher, le polyamide est aussi plus résistant, plus facile d’entretien et moins électrostatique. On déconseillera le polypropylène qui a une durée de vie beaucoup plus limitée.

 

Les points forts du produit

  1. Le prix : les moquettes synthétiques sont les moquettes les moins chères du marché